Quatre fleurs provinciales
Affichage pour les mal voyants

Mon environnement - 22.01.2020 - Marie-Claire Dufrêne

En nous octroyant à nouveau le label « quatre fleurs », le 22 janvier, la Province a récompensé les efforts que nous consentons pour une gestion durable de nos espaces verts.


Cette année encore, la Province nous a octroyé le label « quatre fleurs » à l’occasion de la remise des prix de son concours « Villes et villages fleuris », le 22 janvier au Château de l’Ermitage (Wavre). Quelque 21 communes ont participé au concours, en 2019.

« La démarche favorisant une gestion différenciée des espaces verts, une gestion dans le respect des ressources naturelles et de la biodiversité, la végétalisation des cimetières, le recyclage des déchets, de nombreuses actions de sensibilisation de la population… ne sont que quelques exemples qui témoignent de l’esprit dans lequel travaille l’équipe en charge des espaces verts à Ottignies-Louvain-la-Neuve », a déclaré le député Marc Bastin, lors de la proclamation des résultats.

L’échevin de l’Environnement Philippe Delvaux et l’éco-conseillère Dorothée Hébrant n’étaient pas peu fiers, en recevant leur prix des mains de l’architecte et urbaniste renommé Luc Schuiten (notre photo).

Nivelles et Wavre ont également conservé leurs quatre fleurs, Jodoigne les obtient pour la première fois.

Cimetières nature

« Les membres du jury ont vraiment admiré nos cimetières nature. Nous leur avons fait visiter les cimetières de Céroux et de Limelette. C’est vrai qu’ils sont devenus beaux, avec leurs nichoirs à oiseaux et insectes. Nous allons continuer d’y installer des zones refuges pour la vie sauvage », annonce Dorothée Hébrant.

L’équipe en charge de l’entretien des cimetières dispose de son propre matériel de tonte et de désherbage, qui respecte la réglementation « zéro phyto ». Elle a acquis de l’expérience et privilégie désormais les formules qui donnent les meilleurs résultats. Ainsi, le schiste et le broyat ont disparu entre les tombes, au profit des bruyères. Les tapis de sedum disparaîtront aussi, car les pissenlits viennent s’y semer, ce n’est pas idéal.

Avec La Cordiante

Les haies non-indigènes sont progressivement remplacées par des haies indigènes, dans tous nos cimetières. Le 25 janvier, des jeunes encadrés par l’ASBL « La Cordiante » planteront 75m de haie au cimetière de Limelette.

« Il s'agit d'un groupe de jeunes qui préparent avec nous une expédition hivernale en Suède, en avril, et désirent compenser l'impact CO2 de leur trajet en avion », explique Viviane Buekenhout, de La Cordiante. « Le groupe est composé de jeunes porteurs de déficience intellectuelle, de jeunes qui relèvent de l'Aide à la jeunesse et de jeunes valides, filles et garçons, bruxellois et wallons. L'objectif est de vivre ensemble une expérience enrichissante. »

Les quelque 120 arbustes (du charme, du cornouiller (mâle et sanguin), du noisetier, du fusain européen et de la bourdaine) qui composeront la haie sont offerts par la Wallonie, dans le cadre du projet « Semaine de l’arbre ».

Si la plantation n'est pas terminée le 25 janvier, elle sera poursuivie par l'équipe de La Cordiante la semaine prochaine.
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer