S’intégrer dans le contexte local
Affichage pour les mal voyants

Travail - Commerce - 07.02.2019 - Marie-Claire Dufrêne

Le CBTC (China Belgium Technology Center) s’élève progressivement, dans le parc scientifique de Louvain-la-Neuve. Le maître d’ouvrage « United Investment Europe » a invité les représentants de la Ville à découvrir l’état d’avancement du chantier, le 7 février.


Non, ce ne seront pas « des milliers » de Chinois qui vont débarquer à Louvain-la-Neuve ! Il y a beaucoup de fausses rumeurs qui circulent au sujet du « China Belgium Technology Center » (CBTC), auxquelles le maître d’ouvrage (NDLR : « UI-Europe », pour l’actionnaire majoritaire « United Investment Group », une entreprise importante de la province du Hubei, en Chine), souhaite couper les pattes.

Le Centre devrait fournir quelque 1600 postes à terme. Mais dans un premier temps, on parle de 800 à 1000 emplois. Pour une majorité de… Belges !

La CEO du CBTC Minrong Zhang - qui habite à Louvain-la-Neuve - a entendu les craintes de la population locale et souhaite multiplier les occasions de la rassurer. C’est dans cet esprit qu’elle a convié les représentants de la Ville à une visite guidée du chantier, le 7 février.

Ils sont une quinzaine - membres du Collège, du Conseil et de l’Administration communale - à avoir répondu à l’invitation.

5 tours de bureaux et un hôtel

Le CBTC est le premier parc scientifique chinois créé par la Chine en Europe. Il est dédié à l’accueil d’entreprises (chinoises, belges et européennes) hi-tech dans les domaines des bio et nanotechnologies, de l’informatique et télécommunications, de la fabrication intelligente…

Ce centre d’affaires va permettre aux entreprises chinoises de comprendre et apprivoiser le marché européen, tout en développant leurs technologies. Du côté belge, il représente une porte d’accès sur le marché chinois pour les entreprises locales, et des perspectives de partenariats technologiques.

Le chantier s’étend sur 57.000m² (entre la RN4 et la E411, sur des terrains appartenant à l’UCLouvain) et comprend 5 tours de bureaux/laboratoires/espaces de « coworking », un hôtel, un centre de congrès de 1000m², des espaces commerciaux (1900m²), un restaurant, un centre de services pour les entreprises hébergées (services juridiques, comptables, financiers et fiscaux, propriété intellectuelle, ressources humaines, agence de voyage…), 600 emplacements de parking pour voitures et 200 pour vélos/trottinettes…

Plusieurs entreprises n’ont pas attendu la fin des travaux (1ère phase : janvier 2020) pour rejoindre le Centre, temporairement dans les bureaux du bâtiment Baroc, à quelques centaines de mètres du site : Amate (capteurs sans fil), Yike (technologie des drones), WIT (impression numérique médicale 3D), ETSC (produits optoélectroniques), Guangji (matières premières et préparations pharmaceutiques, additifs alimentaires, additifs pour l’alimentation animale)…

Les visiteurs du 7 février ont gravi - à pied - les 12 étages du bâtiment qui accueillera l’hôtel de 170 chambres et appartements. Pascal Brasseur, directeur des opérations pour « UI-Europe », leur a annoncé l’intention du CBTC de confier la gestion de l’hôtel à un opérateur professionnel du secteur. Les discussions sont en cours.

Engagements au printemps 2020

Après la visite du chantier, la délégation de la Ville a rejoint les bureaux du CBTC dans le bâtiment Baroc, pour une présentation générale du projet. Caroline Mouligneau, directrice adjointe des Affaires chez UI-Europe, a insisté sur la volonté du CBTC de s’intégrer dans le contexte local.

Ainsi, les délégations de Chinois qui visitent le chantier - il y en a chaque semaine ! - sont invitées à faire un crochet par le centre de Louvain-la-Neuve, pour y découvrir ses musées. Le CBTC est d’ailleurs l’un des grands mécènes du nouveau Musée L.

« Nous voulons construire des ponts dans le domaine de l’économie, de la culture et du tourisme. Nous sommes aussi soucieux des questions de mobilité, dans un environnement déjà très encombré aux heures de pointe. »

Les représentants du Collège ont demandé à l’équipe du CBTC de veiller à privilégier le recrutement local, pour les emplois que le Centre engendrera : petits commerces, hôtel…

Caroline Mouligneau a répondu que les candidatures envoyées au CBTC seraient transmises aux entreprises qui rejoindront Louvain-la-Neuve. Il ne s’agit pas d’engagements immédiats - compter le printemps 2020 - ce qui laisse un an aux candidats pour apprendre le chinois.
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer