Morts pour la patrie en 14-18
Affichage pour les mal voyants

Famille - Spiritualité - 12.11.2019 - Marie-Claire Dufrêne

Notre Ville organisait la 13e édition du ravivage de la Flamme du Souvenir, le 2 novembre au monument de Mousty.


Quelques anciens combattants, résistants, prisonniers de guerre 40-45, et de nombreux porte-drapeaux, sont venus de différentes communes de notre province pour participer à la 13e édition du ravivage de la Flamme du Souvenir commémorant l’armistice signé le 11 novembre 1918 (marquant la fin de la Première Guerre mondiale).

Rassemblés à l’hôtel de ville d’Ottignies, ils se sont rendus, en cortège, devant l’église de Mousty, pour y fleurir le monument aux morts et y allumer leurs flambeaux à la flamme provinciale.

L’échevine des Associations patriotiques Annie Galban-Leclef et le président provincial du Brabant wallon de la FNC (Fédération Nationale des Combattants) ont rappelé le sens de cette cérémonie, qui permet de saluer ceux qui ont œuvré pour la défense de notre pays et pour le respect de la démocratie.

« On ne peut pas passer sous silence un conflit qui a tué 10 millions de soldats et 9 millions de civils. On ne peut pas oublier les millions de blessés, gazés ou mutilés qui ont dû survivre ensuite avec de lourdes séquelles physiques et psychiques. Nous devons adresser toute notre reconnaissance à ces soldats qui ont combattu et sacrifié leur vie pour que nous puissions vivre en paix », a déclaré l’échevine. « Les femmes ont aussi beaucoup souffert, pour subvenir aux besoins de leurs enfants et pallier le manque de main d’œuvre dans de nombreux secteurs d’activités. Elles travaillaient parfois dix heures par jour dans des usines d’armement. A la fin de la guerre, le nombre de veuves et d’orphelins était impressionnant. La jeune génération doit être consciente de ces atrocités pour qu’elle apprenne la tolérance, le respect et la bienveillance à l’égard d’autrui, afin de construire un monde meilleur. »

Annie Galban-Leclef a expliqué comment l’intérêt des enfants était suscité dans les écoles, en les faisant notamment participer aux Territoires de la Mémoire et aux manifestations patriotiques organisées pendant les heures de classe. « Le Néolouvaniste Xavier Verzin, 96 ans, ancien résistant, membre de l’Armée Secrète à Louvain, qui a rejoint la Brigade Piron comme volontaire en 1944, est venu raconter ce qu’il avait vécu lors de la guerre aux enfants de nos écoles, en mai dernier. Il a subjugué l’assemblée… »
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer