Navigation
Menu de navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Relocaliser la filière du bois

Relocaliser la filière du bois

error while rendering document-generation-link
Woodstock coop, qui travaille le bois à Mousty, est l’un des huit projets retenus par le jury de notre budget participatif. La coopérative reçoit 4.500€ pour développer ses activités.

 

L’appel à projets « Ma Ville en mieux - Budget participatif 2021-2022 » a rencontré un grand succès : 19 projets ont été déposés et 8 sélectionnés, par un jury composé de deux experts de la transition écologique et sociale, trois citoyens de notre ville (tirés au sort parmi 7 candidats) et la chargée de Participation de la Ville.

Grâce au budget communal de 30.000€, ces huit projets citoyens (voir la photo ci-dessous) - porteurs de sens et soutenant la transition écologique et sociale au niveau local - pourront se développer.

  • Polln Coop, Construire la Résilience à OLLN, Woodstock coop et Atelier B.A-Bois reçoivent chacun 4.500€.
  • Les Co-pains du coin et Quai fleuri reçoivent 3.500€.
  • L’Ecole du Pain et Le verger des potes’âgés reçoivent 2.500€.

Ils feront l’objet d’une présentation dans le bulletin communal Olln Info de juillet.

« Le jury semble avoir été séduit par le bois et le pain, cette année », remarque la bourgmestre Julie Chantry, qui a la Participation dans ses attributions.

Woodstock coop

Créée au début de cette année, la coopérative « Woodstock coop » vise à valoriser le bois de coupe des élagueurs et des activités d’entretien afin qu’il soit acheminé vers une scierie coopérative où il pourra être séché et débité avant d’être revendu à un réseau de menuisiers, luthiers, charpentiers, sculpteurs… tous coopérateurs. Ce projet a pour objectif de relocaliser à l’échelle locale la filière du bois en Belgique, en fédérant d’une part des élagueurs et entrepreneurs de jardins, d’autre part un réseau d’artisans du bois.

« Souvent, les élagueurs ne savent pas quoi faire avec le bois. De belles grumes, bien droites et sans nœuds, servent à la fabrication de pâte à papier alors qu’on pourrait en faire de magnifiques poutres », regrette l’Ottintois Jonasz Deraeck, menuisier au sein de Woodstock coop. « Nous leur rachetons le bois à un prix supérieur à celui offert pour le transformer en pâte à papier. »

La scierie coopérative occupe provisoirement d’anciens hangars, sur le site des Bétons Lemaire devenu propriété de l’immobilière Matexi, à Mousty. Les grumes y sont débitées et les plots (boules ou plateaux) mis à sécher en attendant d’être utilisés en charpenterie (3 à 6 mois de séchage) ou menuiserie (2 à 3 ans de séchage).

Les huit fondateurs de Woodstock coop (un élagueur, un menuisier, un charpentier, un médecin issu d’une famille de menuisiers, un régisseur de spectacles passionné d’ébénisterie, un expert forestier… habitants de notre commune ou des environs) ont fait le choix du séchage naturel plutôt qu’en four, par souci environnemental. Bénévoles jusqu’à présent, ils espèrent pouvoir payer des salaires assez rapidement. D’autres coopérateurs sont les bienvenus, le bois également !

« Si des habitants doivent abattre un bel arbre de leur jardin et souhaitent qu’il soit transformé en table par exemple, nous pouvons les mettre en contact avec un élagueur, un menuisier… pour une production 100% locale. »

L’Ecole du Pain

Les Néolouvanistes Bernard Gastmans et Jean-Pierre Auquière, représentants de l’ASBL Le four à pain d’Ottignies-Louvain-la-Neuve (elle aussi lauréate), ont découvert l’activité de Woodstock coop avec beaucoup d’intérêt. C’est qu’ils ont justement besoin de déchets de bois et de branches, pour confectionner les fagots qui serviront à alimenter leur four.

« Nous souhaitons permettre aux enfants de 7 à 12 ans de se familiariser avec tout ce qui concerne la fabrication du pain, depuis la culture des céréales, leur récolte, la fabrication des farines et de tous les éléments nécessaires à la préparation de pain artisanal », détaille Bernard Gastmans. « Grâce à l’enveloppe reçue de la commune pour notre projet "L'Ecole du Pain", nous pourrons organiser des visites de musées, fermes et moulins artisanaux, suivies d’ateliers de fabrication de pains. Nous avons déjà expérimenté le projet avec les élèves du collège du Biéreau et de l’école des Bruyères, pour des ateliers d’une journée ou d’une demi-journée, à la carte.»

Les enseignants des écoles de notre ville, tous réseaux confondus, sont invités à contacter l’ASBL, pour pouvoir débuter l’activité dès le mois de septembre !

(MCD - 23/06/22)

Actions sur le document