Avertissement
Crise sanitaire | Retrouvez toutes les informations sur la page Coronavirus-Covid-19
Coche verte
Navigation
Menu de navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Premières vaccinations: au Chenoy, le 8 janvier

Premières vaccinations: au Chenoy, le 8 janvier

Les vaccins y ont été déposés le 7 janvier (notre photo). Nos autres maisons de repos devront attendre le 22 janvier. Patience…

 

Les vaccins sont arrivés le 7 janvier à midi, à la maison de repos « Le Chenoy », à Ottignies (notre photo). Les premières vaccinations auront lieu le 8 janvier.

La directrice du Chenoy Aurélie Verdonck pousse un grand « ouf » de soulagement. Les résidents aussi : 94 d’entre eux se sont portés volontaires (sur 96 résidents), et 20 membres du personnel.

« Une 2e série de vaccinations aura lieu le 29 janvier, pour d’autres membres du personnel », explique la directrice. « Nos résidents sont très impatients, dans la perspective de pouvoir à nouveau recevoir les membres de leur famille dans leur chambre. »

Les autres résidences, le 22 janvier

Les autres maisons de repos de notre ville doivent patienter encore… jusqu’au 22 janvier.

« On a hâte ! L’attente nous paraît longue », déclare la directrice de la Résidence de Lauzelle (Louvain-la-Neuve) Emma Alvarez. « Nous sommes passés à travers la crise jusqu’à présent, mais il suffit d’un résident ou d’un membre du personnel infecté d’ici le 22 janvier. Ce serait la catastrophe. » A Lauzelle, 36 des 37 résidents ont marqué leur accord pour se faire vacciner, et 75% des membres du personnel.

A la Résidence Malvina (Limelette), on préférait ne pas faire partie des premiers groupes vaccinés, pour éviter les petits couacs des débuts. L’expérience des pionniers sera bénéfique pour les suivants. Sur les 61 résidents, seulement un ou deux se sont opposés à la vaccination. 75% du personnel a marqué son accord.

« Nous avons été prévenus de la date de vaccination ce lundi à 20h13, par un mail de l’Aviq complété de 8 pièces jointes, dont une de plus de 90 pages ! », remarque le directeur Alexandre Dobbelaere. « Nous avons eu deux jours et demi pour contacter les familles des résidents incapables de prendre la décision eux-mêmes, et pour donner des explications à nos résidents valides. Heureusement, nous avions anticipé. Mais c’était peu de temps pour réagir, alors que l’opérationnel est déjà tellement compliqué en ce moment. »

Au Colvert (Mousty), on vient de commander 111 doses, pour 68 résidents (sur 75), 33 membres du personnel salariés (sur 50) et 10 membres du personnel extérieurs (bénévoles, indépendants..).

« Nous avions anticipé et déjà récolté l’avis des résidents, des médecins et du personnel », explique la directrice Marie-Pauline Wauters. « On vit sans vaccin depuis un an, on n’est plus à un jour près. Ce qui est le plus difficile à vivre, c’est l’incertitude quant au nombre de doses que nous allons recevoir. Des bruits courent comme quoi il n’y en aura peut-être pas assez pour tous les membres du personnel. Sur base de quels critères seront-ils choisis, quel est mon pouvoir pour décider… c’est ma plus grosse angoisse. »

Nos encouragements aux équipes et aux résidents. Encore un peu de patience…

Actions sur le document