La charte de développement durable
Affichage pour les mal voyants

Charte d’engagement pour un développement durable

« Agir ensemble pour l’avenir à Ottignies-Louvain-la-Neuve »


Considérant qu’en juin 1992, pas moins de 182 Nations réunies à Rio de Janeiro ont adopté des engagements en faveur du développement durable, c'est-à-dire un modèle de croissance qui soit envisagé comme une chance de réduire les inégalités tout en préservant les principaux équilibres naturels de la planète pour les générations futures ;

Considérant que le chapitre 28 de ces accords insiste sur le rôle clé que doivent jouer les collectivités locales qui sont les interlocuteurs privilégiés entre les États et les citoyens et invitent ces dernières à mettre en place des plans d’actions appelés Agenda 21 pour fin 1996 déjà ;

Considérant que dix ans après l’appel des autorités publiques à Rio, plus de 6000 villes ou communes de par le monde se sont engagées dans une démarche d’Agenda 21, en faveur du développement durable sur le territoire d’une municipalité, même s’il est vrai que la confection d’un tel document n’y est pas envisagé à chaque fois comme le prélude à la mise en œuvre concrète d’un projet global ;

Considérant donc que le développement durable est un concept qui, s’il semble au premier abord dépasser le cadre strictement local par l’émergence de défis internationaux, n’en exige pas moins déjà la mise en œuvre d’initiatives limitées au territoire d’une communauté urbaine ou rurale ;

Considérant aussi qu'au plus haut niveau des consensus n'ont pas toujours pu être trouvés entre Etats face aux intérêts divergents et que, dès lors, des pratiques innovantes et intéressantes se développent un peu partout dans le monde au niveau régional ou local ;

Considérant que cette mobilisation répond aux recommandations adoptées à Rio en ce sens qu'elle permet d'associer à la démarche les différentes composantes de la société civile au travers des écoles, associations, entreprises privées ou publiques, syndicats, universités, collectivités territoriales, simples citoyens ;

Considérant que le développement durable doit être à l'intersection des trois sphères économique, sociale et environnementale dans une approche globale. Qu'il s'agit d'un processus qui garantit l'efficacité économique tout en intégrant les finalités sociales que sont la lutte contre la pauvreté, les inégalités et les exclusions, et tout en étant respectueux des ressources naturelles et des écosystèmes, support de vie sur la Terre ;

Considérant que le Plan fédéral belge de développement durable 2000-2004 évoque, entre autres, la participation indispensable des jeunes au processus d’Agenda 21 au travers notamment des conseils communaux des enfants ;

Considérant que le développement durable est un enjeu de société qui doit se traduire par des actions concrètes ;

Considérant que la Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve a décidé dès 2001 de s’engager dans un Plan communal de développement durable ;

Considérant que la concrétisation de ce Plan exige la collaboration, dans des partenariats, des acteurs impliqués dans l’avenir de la Ville, parmi lesquels les dirigeants et personnels des entreprises ; les élèves des établissements scolaires ; les chercheurs, académiques et étudiants de l’université ; les représentants des institutions publiques, ceux des institutions culturelles; les membres des clubs sportifs et des associations actives dans tous les secteurs de la vie locale ; les mandataires et les locataires des sociétés de logement ; les dirigeants des sociétés de transport public, etc.

JE SOUSSIGNE ………….
Agissant au nom de ……………………….déclare
- que l’association (ou club, ou entreprise, ou institution, ou…) « nom ……. », que je représente, adhère aux principes du développement durable et s’engage à les intègrer dans ses pratiques et procédures quotidiennes
- qu’elle adoptera des actions pour lesquelles elle définira des mesures, des processus et des démarches visant à concrétiser le développement durable, plus particulièrement dans le domaine :
de la santé
du transport de marchandises
des déplacements et de la mobilité
de l’éducation
de la préservation de la nature
de la consommation
de la diversité culturelle
des dépenses d’énergie
de l’émergence d’une société multiculturelle
de la recherche scientifique
de la gestion des déchets
de l’agriculture biologique
du sport pour tous
de la citoyenneté responsable
autres…….
(biffer éventuellement la mention non pertinente)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
- qu’elle s’engage à associer diverses composantes (membres, et/ou élèves, personnel, organisations syndicales etc.) à l’élaboration de ce programme d’actions et à les responsabiliser par rapport à sa mise en œuvre

- qu’elle s’engage à participer à un partenariat proposé par la Ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve sachant que ceci implique la concrétisation d’initiatives dès 2004 et la participation à un réseau d’échange d’information et d’expérience où seront élaborées des lignes directrices

- qu’elle s’engage, sur base du mot d’ordre « évaluer pour évoluer », à soumettre régulièrement la réalisation de ses actions au Conseil d’évaluation et de suivi du développement durable (CESDD) mis en place par la Ville et réunissant des représentants de l’ensemble des partenaires et des experts.


2. Le Développement durable en quelques définitions


Définition… prosaïque
« Ne mange pas les grains qui doivent servir de semences pour la récolte prochaine. »

Rapport Brundtland (1987)
« Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. »
 
Déclaration de Rio (1992)
« Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable : ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. »
 
Programme des Nations Unies pour le développement (1992)
« Le développement humain est un processus d’élargissement de la gamme des choix accessibles à chaque être humain. La possibilité d’accroître le revenu constitue certainement l’un de ces choix, mais le revenu ne saurait résumer toute une vie ; la santé, l’éducation, un environnement matériel décent et la liberté d’action et d’expression sont tout aussi importants. Le développement humain durable ajoute une autre dimension : celle du cercle vicieux de la pauvreté et de la dégradation de l’environnement auquel les générations futures sont exposées. »

Traité de Maastricht (1993)
« Un développement harmonieux et équilibré des activités économiques, une croissance durable et non inflationniste respectant l’environnement. »

Cinquième programme communautaire de politique et d’action pour l’environnement de l’Union Européenne (1993)
« Assurer la continuité du développement économique et social sans compromettre l’environnement et les ressources naturelles dont la qualité conditionne la continuité des activités humaines et leur développement à venir. »

Ignacy Sachs (1994)
« Les cinq dimensions de la durabilité ou de l’écodéveloppement sont : la dimension sociale (autre croissance, autre vision de la société), économique (meilleure répartition et gestion des ressources, plus grande efficacité), écologique (minimiser les atteintes aux systèmes naturels), spatiale (équilibre ville-campagne, aménagement du territoire), culturelle (pluralité des solutions locales qui respectent la continuité culturelle). »

Claude Villeneuve, biologiste
« (…) Les objectifs du développement durable distinguent :
  • les besoins matériels : alimentation, accès à la propriété, habitation, transport ;c’est le pôle économique
  • les besoins sociaux et aspirations individuelles : santé, éducation, degré de liberté, reconnaissance, amour ; c’est le pôle social ;
  • les besoins de qualité du milieu et de pérennité des ressources ; c’est le pôle écologique ;
  • les besoins d’équité : partage entre humains et avec la nature ; c’est le pôle éthique. »

Conférence Habitat II, Istanbul (1996)
« Le développement durable des établissements humains recouvre à la fois le développement économique, le progrès social et culturel et la protection de l’environnement, dans le respect intégral de tous les droits et libertés fondamentaux, y compris le droit au développement. »

En conclusion
On peut définir le développement durable comme la mise en pratique d’un certain nombre de principes contribuant à l’amélioration du bien-être, à davantage de justice sociale et au respect des écosystèmes. Le développement durable constitue une démarche, un processus d’évolution, une dynamique, bien plus qu’un ensemble de normes à atteindre. Il s’agit de penser et d’agir autrement, de faire reposer les modes de production et de consommation sur une nouvelle éthique.

Développement durable et participation
L’Agenda 21 de Rio met spécifiquement l’accent en son chapitre 28 consacré à l’action des collectivités locales, sur la nécessaire adhésion de la population à l’Agenda 21 local. Ce qui implique, au-delà des actions indispensables d’information du public et de sensibilisation, d’organiser une véritable participation des habitants, d’établir avec eux une relation de partenariat.
Le débat public et la démocratie locale sont d’ailleurs souvent considérés comme
le quatrième pilier du développement durable qui s’ajoute aux trois autres que sont le développement économique, le progrès social et la protection de l’environnement.



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesSitemapNewsAgendaVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer
Nous contacter