Une gélule de bureaux
Affichage pour les mal voyants

Se soigner - 25.09.2017 - Marie-Claire Dufrêne

La clinique Saint-Pierre d’Ottignies a inauguré son nouveau bâtiment administratif, le 22 septembre. Il accueillera une centaine de collaborateurs internes (et génèrera ainsi un gain substantiel d’espace pour les consultations, dans le bâtiment principal).


Avec sa couleur blanche et son allure de gélule, la nouvelle « Aile 1000 » de la clinique Saint-Pierre d’Ottignies reflète le caractère hospitalier de sa destination. Même si aucun patient n’y sera reçu.

« Le bâtiment accueillera les directions, les services financiers/comptabilité, les achats et marchés publics, le département informatique, les banques de données, la médecine du travail… », annonce le Dr Philippe Pierre. « En récupérant les surfaces libérées dans le bâtiment principal, nous pourrons créer de nouveaux espaces de consultations, ce qui nous permettra de respirer pendant 10 ans. »

Le directeur général et médical de la clinique est catégorique : l’hôpital ne pourra plus rester dans ses murs encore 20 ou 30 ans. Même s’il a été entièrement modernisé ces dernières années (rénovation des chambres et des services logistiques, extension des urgences, aménagement du plateau des hôpitaux de jour et du plateau mère-enfant, construction d’une tour « vestiaire »…), les chambres demeurent trop petites (23m²), les unités de soin également (maximum 900m² , alors qu’il en faudrait au moins 1200), et la ventilation des locaux ne répond pas aux normes.

« Malgré les polycliniques de Wavre et Louvain-la-Neuve, notre activité n’absorbe pas toute la croissance. Nous devons nous adapter à un bassin de population grandissante et vieillissante. Nous totalisons 456.000 consultations, rien qu’à Ottignies ! Nous avons toujours l’espoir de construire une nouvelle clinique, soit à Louvain-la-Neuve (à côté de Oh ! Green), soit sur un terrain proche à Chaumont-Gisoux, soit à Wavre (à côté du Domaine du Blé). »

Dans un futur proche, une Aile 1100 sera construite, essentiellement dédicacée à la dialyse.

Oleffe, Laduron, Lewalle…

L’Aile 1000 comporte, outre quelque 110 postes de travail, 5 salles de réunion (la clinique n’en disposait que de trois, jusqu’à présent), qui portent les noms de quatre hommes et une femme qui ont marqué l’histoire de Saint-Pierre et/ou de la santé (Oleffe, Laduron, Lewalle, Ferrière et Florence (Nightingale)).

L’Ottintois Jean Lewalle, chirurgien qui cofonda la clinique et en dirigea le service d’orthopédie et de traumatologie pendant de nombreuses années, a découvert « sa » salle à l’occasion de l’inauguration du bâtiment, le 22 septembre.

« Cela me fait plaisir, même si j’ai le sentiment de n’avoir fait que mon devoir », se souvient celui qui fut aussi le président du Conseil médical de la clinique, de 1974 à 1987, puis son premier directeur médical, jusqu’en 1996. »

Le Dr Philippe Pierre lui a annoncé que c’est dans la salle Lewalle que se tiendraient désormais les réunions du Conseil d’administration. « Nous espérons que les influences seront bonnes, pour y trouver l’inspiration nécessaire », a-t-il confié à son prédécesseur.

Passif

Les architectes du bureau Assar (Watermael-Boitsfort) ont tiré parti de la petite prairie située le long de l’avenue Reine Fabiola, en face du cimetière, pour imaginer un bâtiment triangulaire, dont ils ont arrondi les angles. La consigne était de ne pas masquer l’entrée de la clinique et de maintenir la visibilité pour les usagers de la route.

Le Dr Pierre a remercié l’échevin de l’Urbanisme, qui a accordé une dérogation pour la construction d’un « rez + 2 » alors que le prescrit urbanistique prévoyait un « rez + 1 ». « Heureusement, car nous sommes déjà complets avec un étage de plus ! »

L’Aile 1000 est le 1er bâtiment passif de la clinique, grâce à une faible consommation d'énergie, une forte isolation, une étanchéité à l'air et des protections solaires. Un effort particulier a été fait pour favoriser l'éclairage naturel (notamment pour le parking de 35 places au sous-sol). Des matériaux durables et sains (lino au sol, châssis bois alu, parquet bambou, verre…) ont été mis en œuvre, pour garantir le confort ainsi qu’une atmosphère de travail sereine.

« Ce nouvel espace donne un coup de jeune architectural à la clinique, tout en respectant son intégration douce par rapport au bâtiment existant et au quartier résidentiel qui l’entoure. »
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer