Un bac à herbes adopté rue de La Chapelle
Affichage pour les mal voyants

Mon environnement - 08.09.2017 - Marie-Claire Dufrêne

Convaincre les habitants de ne plus utiliser de produits phyto et les informer des alternatives écologiques, c’est un des critères du concours régional « Wallonie en Fleurs ». Le jury est venu constater le résultat de notre politique de fleurissement, le 8 septembre.


Pas de chance pour le jury du concours « Wallonie en Fleurs ». C’est sous une pluie battante qu’il est venu constater la qualité de nos aménagements respectueux de l’environnement, le 8 septembre.

« Nous avons découvert le fleurissement au centre d’Ottignies et à Louvain-la-Neuve, la place de Céroux et son cimetière nature, Pinchart, les aménagements de plusieurs ronds-points… », détaille Jean-Nicolas Arnould, chargé de projet pour la Wallonie. « Cet après-midi, nous ferons de même à Rixensart, elle aussi candidate au label wallon. »

Un jury composé notamment du pépiniériste Dominique de Witte, patron de la pépinière « Le Try » à Céroux, et du 1er directeur du domaine provincial du Bois des Rêves (en 1972) Vincent Gobbe, l'agronome fondateur de l’association Nature & Progrès.

« Le jury n’est pas le même à chaque visite - ce n’est pas facile de mobiliser les gens pour autant de dates (NDLR : 40 villes, communes et associations wallonnes, dont une dizaine du Brabant wallon, participent au concours) - mais les critères de sélection sont les mêmes pour tous les candidats. Le jury comprend aussi des représentants du secteur du tourisme. »

Les résultats du concours devraient être communiqués au mois de novembre. Il s’agira d’un classement à 1, 2 ou 3 fleurs ; avec, en guise de récompense, des chèques à utiliser chez des producteurs horticoles wallons (pour favoriser le commerce local).

Informer et impliquer les habitants

Depuis plusieurs années, Ottignies-Louvain-la-Neuve se trouve en haut du classement du concours provincial « Villes et villages fleuris ». En janvier dernier, elle remportait d’ailleurs l’un des premiers labels « 4 fleurs » de la Province.

Cette année, notre Ville a décidé de passer à la vitesse supérieure : en participant à la première édition du concours « Wallonie en Fleurs ».

« C’était logique, d’autant plus que les critères de la Région allaient dans le même sens que ce que nous prônons depuis des années », explique l’échevine de l’Environnement Julie Chantry. « Un fleurissement reflet de notre volonté de cohabitation harmonieuse entre l’homme et son environnement, une attention au développement durable, à la biodiversité… Nous avons rentré un dossier comprenant la présentation de 100 sites ainsi que des actions que nous menons pour informer et impliquer la population. »

Parmi ces actions, l’invitation à adopter un espace vert, en respectant les termes de la charte zéro phyto. Le pépiniériste Dominique de Witte les connaît bien, pour avoir lui-même adopté le rond-point de Céroux.

« Récemment, des habitants de la rue de la Chapelle nous ont contactés, pour nous proposer d’adopter quelques-uns des nouveaux bacs ralentisseurs de vitesse situés à proximité de chez eux. Nous avons écrit à tous les riverains, qui ont répondu avec enthousiasme. Seuls 3 des 20 bacs n’ont pas été adoptés. Les autres ont été agrémentés de fleurs, de légumes… avec des succès divers. »

Aromatiques mellifères

Les gérants de la nouvelle épicerie bio à objectif zéro déchet GraspHopper située dans le bas de la rue viennent d’adopter le bac voisin de leur magasin. L’échevine de l’Environnement a profité de la visite du jury du concours « Wallonie en Fleurs » pour leur remettre le panneau « J’adopte un espace vert » à installer sur leur bac.

« Nous allons y planter des herbes aromatiques, dès la semaine prochaine, après y avoir ajouté du terreau », annonce Vanessa Thomas. « Des herbes classiques : thym, sarriette, romarin… mais aussi de l’estragon marin et du serpolet musqué. Des herbes mellifères. Nous verrons ce que cela donnera. »

Son mari Thomas Moreau se réjouit de participer à cette démarche collective en faveur de l’environnement. « Ce n’est pas facile de s’approvisionner en herbes aromatiques sans sacs plastiques ! Ici on pourra répondre à la demande en respectant notre objectif zéro déchets. On accompagnera nos clients jusqu’au bac avec une paire de ciseaux, mais le but est avant tout de leur donner l’envie de faire la même chose chez eux ! »
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer