Rarement en insécurité
Affichage pour les mal voyants

Services communaux - 20.06.2017 - Marie-Claire Dufrêne

La nouvelle enquête locale de sécurité démontre que nos habitants se sentent en sécurité, dans notre ville. Les contacts avec nos services de police sont « faciles », dans la majorité des cas. Les dépôts clandestins d’immondices, la vitesse non adaptée, les nuisances sonores nocturnes et le parking sauvage sont les préoccupations principales.


Pour actualiser ses données de 2011, notre zone de police vient de réaliser une nouvelle enquête locale de sécurité. Elle a bénéficié de l’aide de deux étudiants en criminologie de l’UCL, en stage pour 300 heures à la zone, qui ont notamment aidé à la mise en ligne du questionnaire, aux différents tests qui l’ont précédé, à la communication dans les quartiers…

« Ce type d’enquête se faisait auparavant par la police fédérale, par téléphone. Mais l’initiative a été abandonnée en 2009, pour raisons budgétaires », explique le bourgmestre Jean-Luc Roland. « Nous avons décidé de l’organiser nous-mêmes, pour la première fois en 2011. Nous n’avons pas connaissance d’une autre zone du pays qui le fasse, si ce n’est une tentative à Vresse-sur-Semois, abandonnée parce que l’échantillon des répondants n’était pas suffisamment représentatif. »

Dans notre ville, on peut parler d’un succès : 1906 habitants domiciliés ont répondu à l’enquête, entre novembre et mars derniers (pour 509 en 2011), et 3247 étudiants de l’UCL et des hautes écoles, membres du personnel de l’université… (pour 1967 étudiants uniquement de l’UCL en 2011).

« Nous sommes heureux de la collaboration avec l’UCL, qui a envoyé un email à tous ses étudiants pour les inviter à répondre à l’enquête. Les hautes écoles l’ont fait aussi, certaines via Facebook », précise Véronique Davaux, analyste stratégique au sein de notre zone de police. « Nous avons travaillé en partenariat avec l’Association des Habitants de Louvain-la-Neuve, le centre commercial de L’esplanade, le service Prévention de la Ville… pour obtenir un maximum de réponses. »

Sécurité routière et dépôts clandestins

L’enquête locale de sécurité a pour but de mieux connaître le sentiment d’insécurité ressenti par la population et l’appréciation de celle-ci à l’égard du travail de la police. Ceci afin d’aider à la préparation des plans zonaux de sécurité : être en phase avec le terrain.

Si le dépouillement est loin d’être terminé - les réponses aux questions ouvertes doivent être analysées quartier par quartier - on peut déjà tirer certains enseignements de la nouvelle étude. Ainsi, la sécurité routière (vitesse, parking sauvage…) fait toujours partie des préoccupations principales des citoyens. Mais ce sont les dépôts clandestins d’immondices qui arrivent en tête (ceci alors que les répondants domiciliés considèrent que leurs quartiers sont « plutôt soignés »), suivis de près par les nuisances sonores nocturnes.

« Les nuisances sonores sont une des priorités du Plan Zonal de Sécurité. Ces derniers mois, la police a mené quelques opérations spécifiques en soirée. Et constaté que le problème était plus étendu que le nombre de plaintes qui lui parviennent : pour un appel reçu, neuf autres faits de nuisances sonores », regrette le bourgmestre.

Les répondants pointent aussi les cambriolages. Avec 277 faits en 2016, Ottignies-Louvain-la-Neuve est dans la moyenne du Brabant wallon (2296 faits).

« Un tiers des faits se produisent en milieu étudiant. D’où l’importance de poursuivre les campagnes de sensibilisation, les visites à domicile du conseiller en technoprévention… »

Un volet important concerne les vols de vélos. Les répondants pointent des endroits « sensibles » et demandent à pouvoir disposer de plus d’abris sécurisés.

L’analyste stratégique constate cependant que 76% des habitants domiciliés dans notre ville n’y éprouvent rarement - voire jamais - de sentiment d’insécurité. La tendance est à l’amélioration (légère), depuis 2011 (74%).

Ils sont 59% à estimer que le contact avec les services de police est (très) facile ; 31% n’ont pas d’avis sur la question, sans doute parce qu’ils n’ont pas dû avoir recours à elle.

Améliorer encore

Jean-Luc Roland qualifie l’enquête locale de sécurité d’outil très stimulant, qui va permettre d’améliorer le travail de notre police, mais pas seulement. La question des dépôts clandestins, les graffitis, les itinéraires à sécuriser… concernent aussi nos services Travaux-Environnement et Juridique, les éducateurs de rue…
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer