Le Conseil demande la libération d’Amaya Coppens
Affichage pour les mal voyants

Hotel de Ville - Vie politique - 19.09.2018 - Marie-Claire Dufrêne

Elle était présente en photo dans le public, lors du Conseil communal du 18 septembre.


Considérant l’arrestation de centaines de personnes au Nicaragua et leur incarcération suite à des manifestations pacifiques ;

Considérant en particulier l’arrestation le lundi 10 septembre 2018 d’Amaya Coppens, étudiante en médecine à l’université UNAN de Leon ;

Considérant la Déclaration universelle des Droits humains adoptée le 10 décembre 1948 par l’Assemblée générale des Nations unies,

particulièrement son article 9 :
« Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé » ;
et son article 19 :
« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen que ce soit » ;

Considérant le pacte d’amitié signé le 15 octobre 1989 entre la ville de Masaya au Nicaragua et la ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve ;

Le Conseil communal d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, réuni le 18 septembre, a décidé :
  • d’inviter les autorités nicaraguayennes à libérer immédiatement Amaya Coppens ainsi que tous les manifestants incarcérés suite aux récentes manifestations qui ont eu lieu dans le pays ;
  • d’inviter les autorités nicaraguayennes à respecter intégralement la Déclaration universelle des Droits humains ;
  • de charger le Collège de transmettre cette motion aux autorités nicaraguayennes via leur ambassade à Bruxelles et au ministre belge des Affaires étrangères.

Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer